Epihunter détecte chaque absence épileptique

Epihunter détecte chaque absence épileptique

Journée mondiale de l'épilepsie : une start-up limbourgeoise développe une solution innovante pour les enfants qui souffrent d'absence épileptique

Lundi 12 février 2018 — A l’occasion de la Journée mondiale de l’épilepsie, la start-up limbourgeoise Epihunter lance une solution capable de détecter les absences épileptiques chez les enfants et les jeunes en âge d’école. C’est à la demande de son fils Daan que le fondateur de la start-up, Tim Buckinx, a développé une application connectée à un casque EEG qui s’allume lorsque le cerveau se met « en pause ». Epihunter démarre aujourd’hui une campagne de financement participatif pour pouvoir aider un maximum de personnes atteintes d’épilepsie.

Depuis quelques années, la Journée mondiale de l’épilepsie a lieu le deuxième lundi de février. Selon les estimations, 1 personne sur 100 souffre de crises d’épilepsie imprévisibles. En Belgique, chez les plus de 6 ans, cela représente plus de 85.000 personnes. Tout le monde connaît les crises motrices qui peuvent être accompagnées de convulsions et d’une perte de conscience. Quelque 15 % des épileptiques souffrent toutefois d’« absences », sortes de courts-circuits cérébraux qui déclenchent une crise très difficilement perceptible.

C’est le cas de Daan, le fils du fondateur d’Epihunter, Tim Buckinx : « Ce qui le touche le plus, c’est que les gens qui l’entourent comme les enseignants à l’école ou nous-mêmes, parents, nous fâchions sur lui », explique Tim Buckinx. « Nous croyons qu’il est en train de rêvasser et qu’il nous a bien entendu alors qu’à ce moment, il a une crise d’épilepsie. Daan m’a donc demandé de fabriquer une petite lampe qui nous permettrait de savoir quand son cerveau se met ‘en pause’. »

L’équipe d’Epihunter, composée de cinq personnes très expérimentées dans le domaine technologique, a répondu à cette demande. « Les enfants qui sont sujets à des absences épileptiques portent en classe un casque EEG qui a la forme d’un élégant serre-tête, similaire aux appareils utilisés notamment pour la formation à la méditation. Ce dernier est connecté à un smartphone de l’enfant vers lequel un flux continu de données est envoyé. En cas de crise, l’algorithme mathématique de l’application développée par Epihunter fait s’allumer la petite lumière du smartphone. L’application mesure en outre parfaitement la durée de la crise et retient à quel moment celle-ci se produit. Toutes les données sont par ailleurs sauvegardées dans le cloud, sur notre plateforme. »

Toutes les personnes qui souffrent d’absences épileptiques peuvent utiliser Epihunter. Dans une première phase, la start-up se concentrera toutefois sur les écoliers entre 6 et 12 ans. « C’est au sein de ce groupe d’âges que les crises demandent le plus d’attention », indique Tim Buckinx. « Grâce à Epihunter, les enseignants décèlent immédiatement que l’enfant a une crise d’épilepsie, et peuvent ensuite simplement répéter la matière. Cela permet d’en finir avec les malentendus et de donner plus de confiance en soi aux élèves en classe. Les parents sont aussi rassurés, car ils savent que l’école peut détecter les crises de leur enfant et réagir de la bonne manière. »

Lancement d’une campagne de crowdfunding
Testé actuellement par des familles belges et néerlandaises, Epihunter a été créé avec l’appui de imec.istart, de la province de Limbourg et de l’accélérateur de start-up Start it @KBC, qui suporte les entreprises innovantes et à fort potentiel de croissance notamment. Une nouvelle campagne de financement va être lancée. Epihunter donne aujourd’hui le coup d’envoi d’une grande campagne de financement collectif. Via Indiegogo, l’une des plus grandes plateformes de crowdfunding du monde, les parents d’enfants sujets à des absences épileptiques ont la possibilité de souscrire un abonnement d’un an à tarif réduit, et cela en tant qu’ambassadeurs. Dès avril 2018, ils seront les tout premiers à pouvoir utiliser Epihunter. La campagne Winwinner permet aux particuliers d’investir, en toute simplicité et de manière fiscalement attractive, dans une entreprise à dimension sociale.

La start-up collabore étroitement avec des hôpitaux universitaires et la Ligue flamande contre l’épilepsie afin de continuer à développer Epihunter et d’aider un maximum d’enfants, à l’école comme à la maison. Les premiers contacts ont même été noués avec le Boston Children's Hospital, l’un des hôpitaux pour enfants les plus renommés du monde.

Le Professeur Paul Boon, Président de la Ligue flamande contre l’épilepsie : « La Ligue va soutenir Epihunter en apportant une caution scientifique à l’application. Celle-ci pourra en effet fournir aux chercheurs de nouvelles informations sur les absences épileptiques et permettre de nouveaux traitements. »

Plus d'info sur: www.epihunter.com.