Helpper démarre aussi à Bruxelles

Helpper démarre aussi à Bruxelles

  • Un réseau de voisins qui s'entraident
  • Une solution créative pour une crise latente dans le secteur des services d'aide à domicile
  • Seulement 35% bruxellois trouvent une solution auprès les agences d'aide traditionnelles

BRUXELLES - Helpper, le lieu de rencontre digital pour les personnes qui ont besoin d’aide à domicile et pour les habitants du quartier qui souhaitent les aider, est lancé dans les 19 communes bruxelloises. Le lancement officiel a été annoncé en présence de la Ministre fédérale des Affaires sociales et de la Santé publique, Maggie De Block, et du bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close. Ils soulignent la nécessité de nouvelles initiatives de services d'aide à domicile dans la capitale où vivent davantage de célibataires et où la population vieillissante ne cesse de croître. Helpper offre une solution créative, en s’adressant aux individus pour répondre à la crise latente dans le secteur des services d'aide à domicile.

Helpper est une plateforme d'économie collaborative reconnue qui met en contact des personnes qui cherchent régulièrement de l'aide à domicile pour des tâches quotidiennes avec des voisins de quartier qui souhaitent retrousser leurs manches quelques heures par semaine. Une aide par les voisins, pour les voisins, tout simplement. Il ne s'agit pas de tâches de soins professionnels, mais de tâches ménagères telles que cuisiner, faire des courses ou conduire chez le médecin. Helpper n'est donc pas une concurrence pour le secteur de la santé, mais c'est un précieux complément. Helpper fait partie de l’accélérateur Start it @KBC qui soutient les projets innovants et les modèles commerciaux évolutifs.

François Gerard, fondateur de Helpper : « Malgré les nombreux efforts du gouvernement et du secteur des services d'aide à domicile, trop de gens ne trouvent pas de réponse aujourd'hui. Grâce à Helpper, nous voulons mettre en place également à Bruxelles, un mouvement de quartier où les personnes se trouvent et s'entraident, sans que cela ne coûte quelque chose à la société. La flexibilité de Helpper permet d’offrir une aide très personnalisée aux personnes qui en ont besoin. »

Forte demande d'aide à Bruxelles
Ce besoin est grand à Bruxelles. Notamment à cause de la démographie spécifique de la capitale, qui compte plus de célibataires et affiche un fort vieillissement. Selon une enquête* de Helpper, auprès de 1 055 Belges, les Bruxellois peuvent compter moins sur les membres de leur famille ou leurs voisins, et trouvent moins facilement une réponse dans le secteur des services d'aide à domicile classique. Les chiffres en disent long : près de la moitié des Bruxellois (44.8%) connaissent quelqu'un dans leur environnement immédiat qui a besoin d'aide. Dans plus d'un cas sur quatre (28.5%), cette personne ne reçoit aucune forme de soutien. Si elle en bénéficie, dans 59% des cas, cela sera par un membre de la famille.

La recherche d'aide est loin d'être facile. Seulement 35% des bruxellois trouvent une solution dans des agences traditionnelles d'aide à domicile. En outre, quatre sur dix (41.3%) ne savent ni comment ni où commencer leur recherche. Et même s'ils le savent, un quart d'entre elles (24.8%) n'ont tout simplement personne pour les aider.

Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles : « Bruxelles est une ville magnifique, une métropole où plus de 184 nationalités cohabitent et vivent ensemble quotidiennement, un mélange de langues et de cultures, des institutions européennes, de l’OTAN, etc. En tant que ville, nous devons adopter et soutenir chaque initiative durable qui rassemble les citoyens et qui rend la vie agréable dans nos quartiers. »

Réduire le seuil et avoir un revenu d’appoint non imposé
Helpper est rendu possible grâce à la législation belge sur l'économie collaborative. Les «helppers» peuvent ainsi gagner jusqu'à 6 130 euros par an sans être taxés. Les «helppies» paient une rémunération de 9 euros/heure. Helpper organise toute l'administration et les assurances pour que les personnes puissent travailler ensemble en toute sécurité.

François Gerard, fondateur de Helpper : « En période de crise latente dans le secteur des services d'aide à domicile, des initiatives complémentaires sont indispensables pour répondre à la forte demande d’aide. Nous sommes donc très satisfaits de la nouvelle loi sur le travail d’appoint. Cela nous permet de développer davantage l'aide à domicile via Helpper et de les rendre plus accessibles à davantage de personnes. »

Collaboration avec des organismes officiels
À Bruxelles, Helpper travaille  avec Partenamut, les mutuelles Partena et OZ, les autorités communales, les CPAS et les organisations de soins infirmiers à domicile. Ils redirigent vers Helpper leurs membres qui demandent un soutien pour des tâches quotidiennes.

Alex Parisel, Directeur Général Partenamut : « Depuis plusieurs années, Partenamut encourage activement les initiatives en faveur des personnes âgées et dépendantes à domicile. Ainsi, la mutualité soutient les aidants proches, des prestataires professionnels de soins et services à domicile et des organisations de volontaires. Helpper vient compléter l’offre de service de façon innovante, dans le cadre de l’économie collaborative. Nous sommes séduits par la simplicité, l’accessibilité financière et les garanties de qualité de cette solution adaptée aux besoins d’une partie de nos membres bruxellois. »

Aujourd'hui, quelque 1 500 helppers et helppies s’entraident mutuellement dans les tâches quotidiennes à Anvers et à Gand. En y ajoutant Bruxelles, Helpper espère atteindre 2 500 membres d’ici la fin de l’année. En mars, la plateforme d’économie collaborative sociale a levé 1 million d’euros de plus pour étendre son lieu de rencontre digital et ses services numériques.

////////

* L'enquête en ligne a été réalisée par l'agence de recherche iVOX pour le compte de Helpper entre le 4 juin 2018 et le 22 juin 2018 auprès de 1 055 Belges, représentatifs au niveau du sexe, de l'âge et de la région. La marge d'erreur maximale pour 1 055 Belges est de 2.94%.

À propos de Helpper
Helpper a été fondée en 2017 par François Gerard. Avec son équipe, il connecte des helppers et des helppies dans les 19 communes bruxelloises, le grand Anvers et le grand Gand. Helpper est une initiative indépendante, soutenue par les mutuelles Partenamut, Partena et OZ, et l’accélérateur Start it @KBC.

Plus d'informations sur www.helpper.be.

 

Saar Dietvorst Attachée de presse at Start it @KBC
Mirella Kerremans Attachée de presse at Start it @KBC
A propos de Start it @KBC

Start it @KBC, la première communauté de start-up de Belgique, soutient et promeut l’entrepreneuriat innovant et évolutif. Pionnier de la scène start-up en Belgique, Start it @KBC veut aussi avoir un impact positif sur l’économie et la société belges.

Chez Start it @KBC, les start-up bénéficient durant trois mois d’un solide programme d’accélération sur mesure. Pendant un an et demi, elles peuvent également compter sur les conseils et l’expertise de mentors, sur un large réseau et sur un espace de coworking. Start it @KBC optimalise continuellement son offre en cocréation avec les start-up.

Start it @KBC stimule en outre la fertilisation croisée (internationale) entre plus de 650 start-up et scale-up, mais aussi avec des investisseurs, des mentors expérimentés, des experts en différents domaines (technologie, ventes, affaires juridiques, marketing, communication…) et d’autres accélérateurs et incubateurs du monde entier. La communauté joue également un rôle d’avant-garde dans le domaine de la diversité et de l’entrepreneuriat féminin.

Start it @KBC mise aussi sur son internationalisation. A côté de ses hubs d’Anvers, Bruxelles, Gand, Hasselt, Louvain et Courtrai, la communauté est également implantée à Budapest et présente à New York. Depuis 2017, Start it @KBC fait partie du Global Accelerator Network (GAN), un réseau mondial qui rassemble 120 accélérateurs. Grâce à cette association, les start-up de la communauté bénéficient d’opportunités supplémentaires à l’étranger et d’avantages auprès de partenaires technologiques, pour plus d’un million de dollars.

Depuis 2017 également, les grandes entreprises ont la possibilité d’incuber et de développer les idées innovantes de leurs propres équipes start-up grâce au Corporate Incubation Program de Start it @KBC. Start it @KBC les aide ainsi à transformer ces idées en opportunités commerciales à part entière. 

Start it @KBC a vu le jour en 2014 comme partenariat entre Accenture, Cronos Groep, Flanders DC, Imec, joyn, KBC, Mobile Vikings, Telenet Kickstart et d’autres partenaires académiques locaux. 

Les start-up peuvent se porter candidates à tout moment de l’année via le site internet www.startit.be. Deux fois par an, les fondateurs des start-up sélectionnées ont la possibilité de défendre leur idée devant un jury professionnel. Les plus convaincants feront partie d’une nouvelle promotion et entameront un nouveau parcours entrepreneurial au sein de la communauté. 

Plus d'infos sur www.startit.be
Pour les logos et les visuels de Start it @KBC : startitkbc.prezly.com/medi
Dossier de presse Start it @KBC

Start it @KBC
Sint-Pietersvliet 7
2000 Antwerpen