La startup de démocratie participative CitizenLab lève 2 millions d’euros

La startup de démocratie participative CitizenLab lève 2 millions d’euros

La start-up belge CitizenLab vient de lever 2 millions d'euros pour accélérer le déploiement international de sa plate-forme de participation citoyenne. Ces nouveaux fonds vont permettre à l'entreprise de se développer aux Pays-Bas, en France et au Royaume-Uni.

CitizenLab a pour objectif d'aider les gouvernements à améliorer l'efficacité et la légitimité de leurs politiques en développant la participation citoyenne. Depuis son lancement en 2015, l'entreprise a travaillé avec plus de 100 villes et municipalités, d’Ostende à Arlon.

La levée de fonds a été menée par Inventures, un fonds de capital-risque impact. Cipal-Schaubroeck, le leader flamand des solutions informatiques pour le secteur public, a également décidé d'investir dans CitizenLab. Enfin, le fonds d'investissement bruxellois finance.brussels a apporté une contribution sous la forme d'un prêt.

L’accent sur l’impact

"En tant qu'entrepreneurs sociaux, nous ne considérons pas seulement notre croissance du point de vue financier, mais également du point de vue de l'impact social ", déclare Wietse Van Ransbeeck, CEO de CitizenLab. "Nous sommes donc très satisfaits de la complémentarité de nos investisseurs. Inventures va nous guider pour maximiser notre impact social, et nous voyons également de nombreuses possibilités de synergies avec Cipal-Schaubroeck."

CitizenLab a prévu de mesurer son impact à l'aide des Objectifs de Développement Durable (ODD), un ensemble de mesures élaborées par les Nations Unies. "Les fondateurs ont une stratégie claire pour rendre la prise de décision publique plus participative et inclusive. Le potentiel d'impact de CitizenLab est énorme ", déclare Olivier de Duve (CEO Inventures).

Démocratie numérique

La plate-forme dispose d'un large éventail d'outils participatifs permettant aux villes et aux municipalités de facilement implémenter des processus de consultation à l’échelle locale. Les citoyens peuvent faire entendre leur voix en soumettant ou en commentant des idées, en votant sur les budgets ou en lançant leurs propres initiatives pour aider à déterminer l'agenda politique.

L’un des domaines dans lesquels CitizenLab prévoir d’investir est la technologie de Traitement Automatique du Langage (TAL). Au cours des 10 derniers mois, CitizenLab a développé sa propre intelligence artificielle pour aider les gouvernements à transformer les contributions non structurées des citoyens en informations exploitables. Cette fonctionnalité permet aux décideurs de prendre des décisions plus éclairées en ayant un aperçu détaillé des diverses opinions sur les propositions présentées.

CitizenLab prévoit également d’investir dans le développement de nouvelles fonctionnalités destinées à informer les citoyens sur la politique locale. L’intégration grandissante avec les systèmes techniques des administrations va permettre aux idées citoyennes d’atteindre plus facilement le bureau du bourgmestre, et de rendre les processus de prise de décisions plus transparents pour les citoyens.

Ambitions internationales

Si la majorité de ses clients viennent aujourd’hui de Belgique, la société est également active en France, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, au Danemark ou encore au Chili. L'injection financière servira à accélérer l'expansion sur ces marchés internationaux et CitizenLab vise de voir sa plate-forme implémentée dans plus de 300 villes et communes d’ici à 2020.

Malgré ses ambitions internationales, CitizenLab reste solidement ancrée à Bruxelles. “Bruxelles n’est pas seulement la capitale politique de l’Europe, c’est aussi un lieu d’innovation politique permanente. La ville est en train de rapidement devenir le hub européen de l’industrie govtech, et nous sommes là pour soutenir cette croissance en investissant dans des leaders du secteur comme CitizenLab”, a ainsi déclaré Pierre Hermant, CEO de Finance.brussels.

L'entreprise compte actuellement 15 employés et prévoit de doubler de taille d’ici la fin de l’année. L’entreprise vient de lancer une vague de recrutement pour des postes internationaux ainsi que pour des fonctions vitales comme le support client et le développement.

À propos de CitizenLab

CitizenLab, start-up bruxelloise de technologie civique, a été fondée en septembre 2015 par Wietse Van Ransbeeck (25 ans), Aline Muylaert (25 ans) et Koen Gremmelprez (30 ans). La plateforme citoyenne a pour objectif de permettre aux villes et aux communes de donner la parole à leurs citoyens sur les questions qui les préoccupent. Les citoyens peuvent soumettre leurs idées, contribuer à des propositions existantes ou encore voter pour les projets qu'ils souhaitent soutenir. En utilisant l'intelligence artificielle, CitizenLab aide également les gouvernements à traiter efficacement les contributions des citoyens et à les transformer en informations fiables pour éclairer la prise de décision.  

En moins de trois ans, plus de 100 villes et municipalités ont déjà utilisé le logiciel CitizenLab. Tant les grandes villes (comme Vancouver, Louvain, Arlon) que les plus petites communes (comme Wezembeek-Oppem, Marche-en-Famenne, Enghien) ont mis en œuvre avec succès la plate-forme de participation. CitizenLab connaît également une croissance rapide à l'étranger, avec des clients aux Pays-Bas, en France, au Royaume-Uni, au Danemark, au Chili et même aux Bermudes.

À propos de Inventures

Inventures est un fonds impact de capital-risque qui investit à un stade précoce dans des start-ups et scale-ups européennes innovantes qui répondent à au moins un des objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies.

 

Contactez-nous
Inès Mertens Sourcing- en communicatiemanager, Inventures
A propos de Start it @KBC

Start it @KBC, le plus grand accélérateur de Belgique, soutient et promeut les entrepreneurs qui proposent des idées innovantes et des modèles commerciaux évolutifs. La communauté internationale de Start it @KBC rassemble, en réseau, plus de 830 start-up et scale-up qui se renforcent mutuellement par leurs expériences et leurs expertises.

Start it @KBC a vu le jour en 2014. L’accélérateur place les créateurs de start-up au centre de ses préoccupations et offre le programme complètement gratuit. Start it @KBC n’exige aucune prise de participation et leur demande simplement de poursuivre un objectif commun : jouer un rôle moteur au niveau de l’économie, de la société, de la diversité et de la durabilité.

Les hubs belges de Start it @KBC sont établis à Anvers, Bruxelles, Gand, Hasselt, Louvain et Courtrai. Start it @KBC est également actif au niveau international avec des bureaux à Budapest, Gyor et Prague, et une présence à New York, San Francisco et Londres. Depuis 2017, Start it @KBC fait partie du Global Accelerator Network (GAN), un réseau exclusif pour les meilleurs accélérateurs du monde. Grâce à cette association, les start-up de la communauté bénéficient de nouvelles opportunités commerciales et de possibilités d’expansion à l’étranger, ainsi que de nombreux avantages auprès de partenaires technologiques partout dans le monde.

Start it @KBC noue des partenariats stratégiques avec de grandes entreprises afin de toujours mieux soutenir les start-up. Actuellement, les partenaires stratégiques de Start it @KBC sont AccentureDPG MediaKBC et Telenet. Depuis 2019, Start it X intègre par ailleurs les intrapreneurs de grandes entreprises au réseau de Start it @KBC. 

Les start-up désireuses de participer au programme d’accélération d’un an de Start it @KBC peuvent se porter candidates à tout moment de l’année via le site internet www.startit.be. Les start-up sélectionnées pourront bénéficier gratuitement d’opportunités de mentorat, de réseautage et d’espaces de coworking. 

Dossier de presse Start it @KBC

Les logos et les visuels de Start it @KBC

Start it @KBC
Sint-Pietersvliet 7
2000 Antwerpen