Start it @kbc et les Straffe Madammen encouragent l’entrepreneuriat féminin dans le monde des start-up

Start it @kbc et les Straffe Madammen encouragent l’entrepreneuriat féminin dans le monde des start-up

Une augmentation de 35 % du nombre de start-up créées par des femmes dans la nouvelle promotion Start it @kbc

Samedi 13 mai 2017 — Plus de quatre start-up sur dix, accueillies aujourd’hui au sein de l’accélérateur Start it @kbc, ont été (co)fondées par une femme. Une belle augmentation lorsqu’on sait que 7 % seulement des 500 start-up qui suivent aujourd’hui le programme Start it ont été créées par une femme. La campagne lancée conjointement par Start it @kbc et les Straffe Madammen afin de stimuler l’entreprenariat féminin semble donc porter ses fruits. « Nous allons poursuivre nos efforts. Notre grande ambition : une parité entrepreneuses-entrepreneurs dans la communauté start-up », souligne Katrien Dewijngaert, cofondatrice de Start it @kbc.

La Belgique est à la traîne dans le domaine de l’entreprenariat féminin : dans notre pays, seul un entrepreneur sur trois est une femme. Le pourcentage de starters féminines est aussi le plus faible de toute l’Union européenne.

En mars de cette année, Start it @kbc avait lancé une campagne, en association avec les Straffe Madammen, visant à inciter les femmes à entreprendre dans le monde des start-up, où elles sont le moins représentées. La volonté était d’en finir avec les stéréotypes qui entourent l’entreprenariat féminin et d’opérer un nécessaire changement des mentalités, en faisant notamment appel à des femmes qui font figures d’exemple et à des mentors féminins.

42 % des start-up comptent au moins une fondatrice
Ces actions ont été efficaces. La nouvelle promotion, sélectionnée en mai, se compose de 38 start-up qui pourront développer leurs activités au sein du plus grand accélérateur du pays. Parmi elles, 16 entreprises (soit 42 %) présentent au moins une fondatrice. Actuellement, seuls 7 % des 500 start-up de la communauté Start it @kbc sont dans ce cas. Le nombre d’entrepreneuses a donc augmenté de 35 %.

Katrien Dewijngaert, cofondatrice de Start it @kbc : « Cette augmentation est prometteuse, mais notre objectif est d’aller plus loin. En octobre 2017, lors de notre prochaine pitchwave, nous visons 50 % d’entrepreneuses et 50 % d’entrepreneurs. C’est pourquoi, avec les Straffe Madammen, nous allons cet été redoubler d’efforts pour inciter toujours plus de femmes à entreprendre. Start it @kbc les conseillera et les aidera concrètement dans la réussite de leur projet commercial. Nous sommes également à la recherche de partenaires, à Bruxelles et en Wallonie, qui partagent la même volonté de soutenir l’entreprenariat féminin. »

Oublier la modestie belge
Lors de la dernière pitchwave de Start it @kbc, 157 start-up avaient introduit leur candidature. Parmi elles, 72 entreprises ont pu présenter leur projet. Start it @kbc a finalement pris sous son aile 38 jeunes start-up aux idées particulièrement innovantes et les aidera à se présenter sur le marché :

Adshot, ArtAssistant, BeHired, BINGLI, Cloudbike, CovEvent, cPark, CrazyGames, CUBZZ, Drink it Fresh, Eight, Enfleur, Pure natural, EnsurTech, Eventalix, Impaqt, Fiscaal Optimaal, Fling Tent, Gradits, Happy Kiddo, I LOVE Network, JuNovation, Karma Karma, Meet Roger, Mic Mac Minuscule, more, NearByke, PARC (Parent Community), Pharmaco, React, Rebels Media, Restotool,  RouVolvo, Sampa Tea Company, Talent Grid, The mocktailclub, Transformactive, Word of MICE, YUT (Young Urban Travelbag)

Lode Uytterschaut, cofondateur de Start it @kbc : « Les projets que nous recevons sont de plus en plus nombreux à chaque round de présentations. La qualité augmente également à chaque fois. Lorsqu’ils se présentent, les entrepreneurs demeurent toutefois trop modestes. Ils oublient parfois de parler des éléments qui donnent plus de crédit à leur projet : le chiffre d’affaires important qui est déjà le leur, le doctorat qu’ils ont dans la poche, l’innovation dans un domaine qu’ils connaissent parfaitement… Il est toujours étonnant de constater combien les Belges éprouvent des difficultés à mettre en avant leurs accomplissements et leurs réussites. »

La prochaine pitchwave de Start it @kbc est prévue pour octobre 2017. Les start-up peuvent dès à présent poser leur candidature sur www.startit.be.

 

À propos des Straffe Madammen
La mission du Club des Straffe Madammen est de mettre à l’honneur les femmes de médias, oratrices et entrepreneuses de talent. Et c’est bien nécessaire : on compte seulement 25 % d’expertes dans les médias, 15 % d’oratrices lors de congrès, 24 % de femmes occupant des fonctions dirigeantes et 33 % d’entrepreneuses, alors que les femmes représentent un peu plus de la moitié de la population. Le Club encourage les femmes issues des milieux entrepreneurial, culturel et académique, mais aussi d’autres secteurs, à se mettre davantage en avant.

Depuis la création du Club, suite à un tweet écrit en 2013, 45 événements mensuels de réseautage ont été organisés, avec des oratrices à la tribune. En 2015, une action a été menée en partenariat avec la VRT, afin de donner plus de visibilité dans les émissions d’informations à 40 femmes expertes. En 2016, 300 femmes ont répondu à notre appel et se sont portées candidates à des fonctions de direction. Parmi elles, à deux reprises, 50 femmes ont été sélectionnées et ont pu participer à notre soirée de formation. En 2017, nous organiserons une 3e édition.

Toujours en 2016, nous avons lancé les « voyages d’inspiration » #72hoursreload, au Portugal et à New York, en collaboration avec Think Talent. Un 3e voyage est prévu en avril 2017. En 4 ans, quelque 1000 femmes actives ont rejoint le réseau : directrices, avocates, entrepreneuses, femmes de culture, professeures, femmes politiques, fonctionnaires, femmes actives dans l’entrepreneuriat social... L’adhésion au club n’est pas formelle, mais bien morale : les membres s’engagent activement à donner plus de visibilité aux talents des femmes.  
www.straffemadammen.com
#straffeM