Start it @kbc veut féminiser l’entrepreneuriat

Start it @kbc veut féminiser l’entrepreneuriat

Mercredi 8 mars 2017 —

  • Un potentiel énorme et inexploité pour l’économie belge
  • A la recherche de start-up et de scale-up fondées par des femmes
  • A la recherche de mentors féminins
  • Pour éliminer les obstacles et en finir avec les stéréotypes
A l’occasion de la Journée internationale des Femmes, Start it @kbc lancera ce 8 mars, en collaboration avec les Straffe Madammen, une campagne visant à fortifier l’entrepreneuriat féminin au sein des start-up belges. L’action vise non seulement à développer le potentiel économique de notre pays, mais aussi à faire changer les mentalités dans le monde de l’entreprise.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en Belgique, seuls 33% des indépendants sont des femmes. Notre pays détient aussi le triste record du plus bas niveau de starters féminines de l’Union Européenne.

« Il y a pourtant un vrai potentiel. Nous voulons le faire croître avec cette campagne », explique Katrien Dewijngaert, Fondatrice de Start it @kbc. « Nous souhaitons éliminer les obstacles auxquels font face les entrepreneuses et les encourager à présenter leurs idées innovantes via www.startit.be. Avec cette campagne, nous nous adressons aux start-up mais aussi aux entrepreneuses déjà établies qui cherchent à s’étendre ou à évoluer. Nous montrerons également aux mentors féminins comment elles peuvent assister et conseiller les start-up. »

Une nouvelle culture
Pour y arriver, il convient de stimuler une nouvelle culture de l’entrepreneuriat et de mobiliser tous les acteurs – universités, hautes écoles, réseaux de femmes, médias, entrepreneurs et entrepreneuses – pour qu’ils la soutiennent. Il faut aussi mettre en avant des femmes exemplaires qui pourront parler de la plus-value offerte par la communauté Start it et par son programme. Des personnalités connues bien sûr, mais aussi de nouveaux visages issus de différents secteurs.

Ces personnalités modèles permettront d’en finir avec les stéréotypes et les préjugés qui entourent, aujourd’hui encore, l’entrepreneuriat féminin. Les femmes qui entreprennent sont ainsi perçues comment étant moins compétentes que les hommes. Les études montrent pourtant que les start-up technologiques fondées par des femmes réalisent un chiffre d’affaires de 12% et un ROI de 35% supérieur. Les entrepreneuses sont aussi 30% moins nombreuses à faire faillite que les entrepreneurs. Elles sont en effet mieux préparées et travaillent de manière plus rationnelle et calculée.

Recherche entrepreneuse pour prochaine pitchwave
Durant cette campagne, Start it @kbc souhaite inviter un maximum de start-up dirigées par des femmes à proposer leur projet pour la prochaine pitchwave du 17 avril. Pour atteindre de potentielles candidates, l’incubateur collabore avec le réseau des Straffe Madammen.

« Via notre réseau, nous invitons les femmes à soumettre leurs idées sur www.startit.be, à devenir mentor ou à participer à l’un de nos séminaires en ligne. Ceux-ci leur fourniront des informations et des conseils pour entreprendre. Des personnalités féminines partageront également leurs expériences et leur quotidien. Lorsque vous partagez votre projet de business, il est important de s’entourer d’une petite tribu, d’un groupe de personnes qui partagent vos idées, qui vous donnent un petit coup de pouce et qui vous remettent sur le bon chemin en cas de difficultés », ajoute Elke Jeurissen, fondatrice des Straffe Madammen.

Inscrivez-vous dès lundi 6 mars aux séminaires en ligne destinés aux entrepreneuses :
23/3     12h-13h   Vous avez déjà une idée, mais quelque chose vous empêche de la mettre en œuvre.
29/3     10h-11h   Vous avez déjà une entreprise, mais souhaitez la faire évoluer.
06/4     12h-13h   Vous souhaitez développer votre entreprise de manière importante.
11/4     12h-13h   Vous souhaitez soumettre votre dossier sur startit.be et avez encore des questions.

Vous avez jusqu’au 17 avril pour proposer, via www.startit.be, votre projet d’affaires en vue de la prochaine pitchwave de Start it @kbc.

Annexes:

Pour plus d’informations ou des interviews contactez
Saar Dietvorst / startit@contentcats.be / +32 468 19 75 07

À propos des Straffe Madammen
La mission du Club des Straffe Madammen est de mettre à l’honneur les femmes de médias, oratrices et entrepreneuses de talent. Et c’est bien nécessaire : on compte seulement 25 % d’expertes dans les médias, 15 % d’oratrices lors de congrès, 24 % de femmes occupant des fonctions dirigeantes et 33 % d’entrepreneuses, alors que les femmes représentent un peu plus de la moitié de la population. Le Club encourage les femmes issues des milieux entrepreneurial, culturel et académique, mais aussi d’autres secteurs, à se mettre davantage en avant.

Depuis la création du Club, suite à un tweet écrit en 2013, 45 événements mensuels de réseautage ont été organisés, avec des oratrices à la tribune. En 2015, une action a été menée en partenariat avec la VRT, afin de donner plus de visibilité dans les émissions d’informations à 40 femmes expertes. En 2016, 300 femmes ont répondu à notre appel et se sont portées candidates à des fonctions de direction. Parmi elles, à deux reprises, 50 femmes ont été sélectionnées et ont pu participer à notre soirée de formation. En 2017, nous organiserons une 3e édition.

Toujours en 2016, nous avons lancé les « voyages d’inspiration » #72hoursreload, au Portugal et à New York, en collaboration avec Think Talent. Un 3e voyage est prévu en avril 2017. En 4 ans, quelque 1000 femmes actives ont rejoint le réseau : directrices, avocates, entrepreneuses, femmes de culture, professeures, femmes politiques, fonctionnaires, femmes actives dans l’entrepreneuriat social... L’adhésion au club n’est pas formelle, mais bien morale : les membres s’engagent activement à donner plus de visibilité aux talents des femmes.  www.straffemadammen.com #straffeM